Saturday, 4 March 2017

Retour à la Case Départ: Quand une Vacance Devient Pèlerinage

Le 27 Décembre 2016 je suis parti en mission-vacances dans ma province oblate d’appartenance et dans mon pays. Ayant fêté mon deuxième anniversaire de présence au Canada, le 21 décembre dernier, j’ai profité de l’occasion du temps des Fêtes de la fin d’année 2016 et du début de l’an 2017 pour passer un temps dans ma famille biologique ainsi que dans ma province oblate d’appartenance, le Cameroun. 
La dernière fois que j’avais passé un temps des fêtes dans ma famille biologique date de 2003, l’année que j’ai débuté mon cheminement avec les Oblats. Et ma dernière participation à l’assemblée provinciale au Cameroun date du 2010, lors de mon stage canonique. 
Parti de Montréal le 27 décembre, je suis arrivé dans ma famille, à l’est du Nigeria, le 30 décembre 2016. C’était une immense joie de retrouver les miens rassemblés pour les fêtes de la fin d’année. Passant alors d’une fête à l’autre et d’une réunion familiale à l’autre, nous avons pu voir arriver en beauté l’année 2017. Mais mon premier séjour en famille, fut de courte durée car j’ai dû partir dès le 3 janvier pour l’assemblée provinciale. 
Passant par les endroits que le groupe terroriste nigérian Boko-Haram avait déjà occupé, nous sommes arrivés à Maroua, la capitale à l’extrême-nord du Cameroun, le matin de la deuxième journée de notre voyage. Les retrouvailles furent spectaculaires car il y avait des confrères que je n’avais pas revu depuis presqu’une décennie et d’autres que je n’avais jamais rencontré.  
Pendant cinq jours, la famille mazenodienne, Oblats et les associé(e)s s’est penché pour scruter de plus près, ce que fut l’élan initial et les motivations de nos pères fondateurs, venant de la France, pour se lancer à l’aventure de ce côté de notre monde. Ces cinq jours nous ont donc permis non seulement de marcher sur leurs traces mais aussi d’évaluer ce qui reste de leurs présences au Cameroun, Tchad et Nigeria après 70 ans. 
L’assemblée achevée, je me suis mis en route, en bon pèlerin sur mes anciennes traces au Cameroun. Je suis allé, dès le lendemain, rencontrer nos 12 jeunes du Pré-noviciat à Mokolo, (une zone rouge de l’extrême-nord). Une soirée passée au milieu de ces jeunes, venant du Nigeria, du Tchad et du Cameroun m’a rappelé mes premiers pas avec les Oblats et mes balbutiements en langue française. 
Parti du Pré-noviciat, je me suis rendu à notre scolasticat international de Yaoundé. Une visite dans cette maison où l’esprit vibre et des idées se bousculent du pôle de la philosophie à celui de la théologie ne peut que rappeler à chaque visiteur ces années glorieuses de la spéculation et du début des rêves missionnaires. Au bout de ces trois jours au milieu de cette communauté composée des jeunes scolastiques et de leurs formateurs issus d’une dizaine des pays, a réveillé encore en moi un désir ardent pour la mission ainsi que pour les études. 
Du Scolasticat, je me suis rendu au Noviciat. C’est franchement là que j’ai vécu une rencontre plus approfondie. À mon arrivée, le maître de novice, qui fut aussi mon maître de novice et mon supérieur du scolasticat, m’a confié toute une matinée pour partager mon expérience missionnaire avec les jeunes. Nous avons donc pris de 8h30 à midi pour revoir ce qui fut mon expérience de la formation première et ce que je vis aujourd'hui comme missionnaire dans un contexte différent de celui de mes origines. Ce fut une rencontre édifiante pour les jeunes et surtout pour moi, qui grâce à leur curiosité, ai pu revoir toute mon expérience comme Oblat de Marie Immaculée. 
Et la fin de ces visites des maisons de formation, j’ai senti avoir fait de ce temps de vacance un vrai pèlerinage.  


No comments:

Post a Comment