Saturday, 20 August 2016

Le Chef Innu d'Ekuanitshit (Mingan), M. Jean-Charles Pietacho répond à M. Michel Hébert qui s'est permis de s'en prendre à son peuple

Pour ceux qui se rappellent encore, M. Michel Hébert, chroniqueur et blogueur, s'en est pris à chef Innu d'Ekuanitshit, dans une publication faite, le 20 Juillet, 2016, sur le Journal de Quebec, sur ce qu'il appelait des «Cocasseries estivales...». Dans ces propos hautains, il se permettait d'attaquer la communauté d'Ekuanitshit du tous fronts, allant des leurs cultures et traditions à leurs investissements.  
Le Chef Pietacho, dans son attitude docile mais non assujettie l'a promis de répondre au temps venu. Dans ce post sur sa page Facebook, il revient largement sur les propos déplacés du M. Hébert. Voici ce qu'il a à lui dire. 
 
La région de la Minganie (élus Québécois et Chefs Innus) ne veut pas de l’industrialisation de l’île d’Anticosti et surtout d’exploration et ultimement de l’exploitation des hydrocarbures. En tant que Chef des Innus de Ekuanitshit, cela fait depuis 2011 que j’interviens directement avec les autorités politiques du Québec pour faire valoir notre positionnement. Je le répète aujourd’hui « Quand il y aura des forages à Anticosti, on sera là et pas seuls car les élus de la Minganie sont solidaires de toute démarche de démonstration politique !»
La communauté que je représente depuis près de 25 ans est passée par plusieurs étapes de développement. Nous avons collectivement collaboré avec Hydro-Québec afin de développer un projet hydroélectrique qui nous permet aujourd’hui d’être partenaires ou propriétaires de plusieurs entreprises.  Le développement de nos entreprises permet maintenant l’embauche de plusieurs centaines de travailleurs autant Innus que Québécois.  Nous sommes même les propriétaires d’une firme d’hélicoptères (InnuKoptères) qui transporte autant des jeunes Innus, des chasseurs que des travailleurs. Nous en sommes vraiment fiers. 
Notre communauté via ses budgets globaux (administration publique et privé) de plusieurs millions de dollars se doit de répondre à des obligations sociales importantes notamment au niveau de la santé, de l’éducation, des infrastructures, des services sociaux et de l’occupation du territoire pour l’ensemble de ses membres. Soyons prudent dans la comparaison entre les administrations publiques québécoises et Innues.  On ne parle pas des mêmes enjeux. Les raccourcis sont trop faciles à faire…. 
Concernant ma démarche pour réintroduire le thé Salada Prior Pack, là, je crois vraiment M. Hébert que vous êtes à court d’arguments politiques afin de discréditer le rôle d’un Chef d’une Première Nation. Dans toute l’argumentation de votre opinion, c’est vraiment ce point qui m’a le plus surpris car voici une nouvelle façon pour une personnalité médiatique comme vous d’attaquer notre culture et nos valeurs. J’aime mieux vous répondre comme ceci…
Atik (le caribou), Utashkumesh (le saumon) ou Kak (le porc-épic) sont des animaux importants à la survie de notre Nation. Nous respectons ces animaux. Nous respectons aussi le thé du Labrador et aujourd’hui le thé importé de la Chine ou de l’Éthiopie comme le thé Salada Prior Pack. Tous ensemble, ces produits nous ont permis de survivre et continuent de nous permettre la poursuite de notre mode de vie sur le Nitassinan. 
Enfin, je ne peux que constater que la meilleure chose que nous devrions faire pour nous comprendre l’Un et l’Autre, est de vous lancer un « menuentakan » comme on dit chez nous, une invitation venir à prendre le thé, à s’asseoir un moment pour prendre le temps de discuter. La prochaine fois que vous passerez par Ekuanitshit (Mingan), nous serions heureux de vous faire découvrir le Nitassinan, en utilisant les services de notre compagnie de transport InnuKoptère. Nous pourrions parler politique, nous pourrions parler de la vie… Sur ce, bonne journée.



No comments:

Post a Comment