Monday, 27 June 2011

WHY NEITHER FBI NOR CIA MIGHT BE ABLE TO HELP NIGERIA RESOLVE HER SECURITY PROBLEM By Alison

One of the reoccurring question about the efficiency of security in developed countries is why their security agencies, contrary to the developing countries, find it very easy to discover even minor criminal cases? The surprising aspect of it all, is that in most of the developing countries, serious cases like bomb blast, mass killing, kidnapping, assassinations etc. occur almost on daily bases without any concrete finding on them. In fact, all those who watch Hollywood movies must have been in one way or the other fascinated by the way the FBI and CIA agents are presented as capable of finding every criminal offence in an extraordinary and quasi automatic way.

Friday, 17 June 2011

Does Goodluck Jonathan understand what's going on in Nigeria ? By Alison

Specialists of body language know it well that from the facial expression of an individual one detect what's is deep inside the heart. They know that an angry man will exhibit a difference facial expression from a joyful man. They also know that a man who is in serious problem will unknowingly show it off. Our facial expressions speaks more than we might know it. It betrays us even when we try to hide it. In some cases, people try to put up a new look, what specialists call faking a body language, but one who knows how to read facial expression will surely detect it.


When this is known, one understands why serious security agencies like CIA or FBI discovers a culprit before he acts. They simply read the facial expression of a suspect and follow his movements and no matter what he does, at a point his expression betrays him. At that point, they damask his or her faked body language and go beyond what a lay man will see either as calmness or cleverness. It is this technique that helped John Larson in the invention of lie detector (polygraph machine).

This having been said, we will want to analyze the body language of Mr. President Jonathan Goodluck during and after his inspection of the bomb blast that took place recently in the nation. Though we are aware he is a calm individual, always at ease, but on this particular occasion the calmness and ease looking of a President, of a Chief of Army Staff, before such a scene goes contrary to an Igbo proverb which says: “a man whose house is on fire do not chase rat”. My dear president has chased a rat when a strong fire is ravaging his house. How can someone, I mean, the President of a country whose country is being destroyed by a group fanatics look so calm.


This has made us to think that, is either the President do not understand the full consequence of what’s going on in Nigeria or that he does not know how to tackle it. We are more convinced of the first option, that’s that he does not know the consequences of what’s going on in Nigeria for amidst confusion his expression should be like this.

But even after the inspection, during his discussion with the journalist, he could not also fake his body language. And that’s why a president after seeing how a group of individuals bombed, not just any police station, but the National headquarter at the Capital Territory Abuja, was like this:

No one then should wonders why after all said has been done he remains unmoved. We can remember quite well that when this happened, closed to the Eagle Square, before many foreign dignitaries, on the day of the 50th anniversary of Nigeria, the same president vowed to bring to book all the culprits. Has he done so? His expression tells us he might not even do anything this time again. In countries where human life matters, the reaction of their leaders tell us they will do something. George W. Bush three days after the 11th September phenomena, reacted differently from my dear president. And maybe that’s why he fought till the end.

Finally, without neglecting the limit of comportemental psychology, we think that our humble President still need to think twice on this issue because from his facial expression, one might conclude he is yet to understand the situation in which Nigeria is plunging into.

''The truth might be hard to say, painful to bear or even drastic for the truth sayer but still needed to be said''. ALISON.

History of bomb blasts in Nigeria by Yinka Kolawole

This is how Yinka Kolawole described the history of a phenomena called bomb blast in Nigeria. I am convinced this is one of the best descriptions so far on this very serious matter of a national interest. The merit of his article is that it calls the nation to reflect on the harmful and disastrous effect that this has brought to the image Nigeria. We might not also forget that international we are being monitored after the foiled attempt of Umar Farouk Abdul Mutallab to blow up a US plane last year. This phenomena, has caused us lost personalities like Dele GIWA and many other valuable Nigerians. It also reminds also the fact that the phenomena might have originated from the state security itself. And that’s why anyone who knows the history of this country will remember that the issue brought to an end the great Oputa Panel when OBJ could not assure GANI Fawehinmi of prosecuting the culprit and also when the accused refused to appear before the panel. In fact, this is a case to be taken serious and since we now know the level at which this matter have arrived, we need to act or face the consequences. It is still early but no excuse should be taken or condoled.

Here is his description with photos I added myself to illustrate what the scene is like:
"LAGOS - The history of recent bomb blasts in Nigeria could be traced to 1986, during the Gen. Ibrahim Babangida-led military regime, when Mr. Dele Giwa, the founding Editor-in-Chief of Newswatch magazine, was killed by a mail bomb in his home in Ikeja, Lagos, widely believed to have been state-sponsored.
Dele Giwa
Since then, series of other bombing incidents have been reported in the country, with majority of them happening under the despotic rule of the late General Sanni Abacha, who was rumoured to be behind most of the bombings and some state-sponsored killings to intimidate opponents of his regime.
There was an isolated case of accidental bombs explosion that took place at Ikeja cantonment in 2002, leading to the death of more than one thousand persons.
It was not until March 2010 that Nigeria began to witness bomb blast as an act of terrorism in the civilian era when some bombs went off in Warri during an Amnesty Dialogue organised by Vanguasrd Newspapers in support of the amnesty programme of the then President Umaru Yar’Ádua to tackle the cases of militancy in the Niger Delta region.

Niger delta boys
The cases of bomb blasts in Nigeria are as follows:October 19, 1986: At Dele Giwa’s house in Ikeja, Lagos; May 31, 1995: Ilorin Stadium. Just before the launch of Family Support Programme; January 18, 1996: Durbar Hotel, Kaduna. Suspected bomber killed. Said to have bought a copy of Wole Soyinka’s book prior to blast; January 20, 1996: Aminu Kano Int’l Airport, Kano; April 11, 1996: Ikeja Cantonment, Lagos; April 25, 1996: Air Force Base, Ikeja; November 14, 1996: Murtala Mohammed Airport. Claimed the life of the Chief Security Officer; December 16, 1996: Bomb blast rocked Colonel Marwa’s convoy; December 18, 1996: Bus belonging to the Lagos State Task Force on Environmental Sanitation hit; January 17, 1997: Bus belonging to Nigerian Army hit; April 22, 1997: Blast in Evans Square claims 3 lives, injures several; December 13, 1997: Lt.Gen Oladipo Diya escapes death at Abuja airport; May 12, 1997: Ibadan gets its first dose in front of Federal Min. of Works and Housing at Eleyele Road, near Jericho Hospital; January 27, 2002: Bombs stored at Ikeja cantonment exploded leading to the death of over 1000 Lagosians fleeing in fear.

A scene of bomb blas in Abuja
March 15, 2010: In Warri during an Amnesty Dialogue sponsored by Vanguard Media Limited; October 1, 2010: During Nigeria’s 50th Independence anniversary celebrations in Abuja, suspected to be sponsored by MEND, a group of Niger-Delta militants; April 8, 2011: At INEC office in Suleja, Niger State; April 26, 2011: At Maiduguri, Borno State; May 29, 2011: At an Army barracks in Bauchi and January 1, 2011: At an Abuja Army Barracks Mammy market".

The most recent bomb blast in Abuja


''The truth might be hard to say, painful to bear or even drastic for the truth sayer but still needed to be said''. ALISON.

Wednesday, 15 June 2011

HOW LONG SHOULD WE BE FOOLED? (1) By Alison

At the dawn of the independence of French colonized African countries, when Gen. De GAULLE was saying that the Africans know they will not survive without the country that colonized them, without their population, their education, their guidance and that they cannot but follow the road that he has made for them, many were thinking it was just a political propaganda. And when Nicholas Sarkozy came in as a saviour, making his propaganda about bringing to an end the famous French African policy, many thought he was serious. He was even taken more serious when before many African leaders (political, economical, intellectual, name them) he boldly and proudly insulted the whole African continent by denying the existence of an African history. Who knew he was just one of those who inherit a system or a problem and make it theirs, just like Georges W. Bush who inherited the Iraqian war and made it his. Who knew his technique was to intimidate and humiliate the Africans only to continue the French imperialism on Africa? Did anyone really think that the almighty Sarkozy was to continue perpetuating the French tyranny and dictatorship in Africa? That’s why any conscious humanitarian will ask if France really thinks Africa is independent. Some of us do not think so because if she had ever believed that, she would not have been choosing those that should be on power in African countries (at least in the francophone African countries).

How could France condemn a president who has stayed only ten years on power (though that’s enough to leave the office) and support those who have stayed for more than 25 years. How can one understand the support people like Paul Biya, Ismail Omar Guelleh, and their counterparts get from France? Should she not be ashamed of identify herself with a regime that passes power from father to the son like the governments of Gabon, Togo and the likes? How long really will the France continue to fool us by letting us believe she is not only interested in her economic well-being in Africa? How long will France fool us by telling us she is interested in helping Africa? Cut off from Africa will she still be France, the great country? Will she still have her military base in other continents? Will the young soldiers have a place they will practice what they learnt from school? Will the Rafel, the French fighter jet be advertized to the world as a great bombing machine?


''The truth might be hard to say, painful to bear or even drastic for the truth sayer but still needed to be said''. ALISON.

Monday, 13 June 2011

Un'ex colonia francese divenuta nuovamente colonia: la Costa d'Avorio

Un'ex colonia francese divenuta nuovamente colonia: la Costa d'Avorio


L’intervento militare francese nella Costa d’Avorio contro il Presidente Laurent Nbagbo (determinante per la presa del potere del suo rivale Alassane Ouattara), assieme all’intervento militare in Libia, rappresenta il tentativo dell’Eliseo di riconquistare il terreno perduto nel Continente.
L’economia francese senza il controllo delle sue ex colonie d’oltre mare, perderebbe la sua competività economia e il suo peso politico in Europa. Questa verità, spesso volutamente taciuta, é stata evidenziata da una frase pronunciata nel 1998 dal Presidente François Mitterrand: “Senza l’Africa, la Francia non avrebbe una storia nel ventunesimo secolo”.
L’impero d’oltre mare, già seriamente minacciato dall’offensiva americana in Africa negli anni novanta, ora subisce una progressiva erosione da parte della penetrazione della Cina e dell’India.
Per tentare di salvaguardare gli interessi nazionali e, soprattutto, la sua soppravivenza economica, la Francia ha preso al volo le recenti crisi nei due Paesi, per riaffermare il suo ruolo coloniale sul Continente, forse non comprendendo che i tempi sono cambiati e non permettono più l’uso della forza per imporre la propria volontà.  
Anche se in Costa d’Avorio ora regna il regime filofrancese di Ouattara e gli accordi con l’Inghilterra sembrano solidi per trasformare la Libia del dopo Gheddafi in un protettorato franco anglofono, ben presto l’Eliseo potrebbe corre il rischio di scoprire che questi successi sono delle vittorie di Pirro.
Anche se la Francia riesce ancora a trovare delle teste di legno per imporre la sua volontà sull’Africa, la popolazione e gli Stati Africani diventano sempre più ostili nei suoi confronti. Il sogno della Francofonia sembra tramontato non rappresentando più un’ispirazione per le masse africane.
Questa ostilità che la Francia aumenta nel suo interagire nel Continente ci viene spiegata dal Professore Universitario Herbert Ekwe-Ekwe sul mensile The Africa Report del giugno 2011.

Fulvio Beltrami
12 giugno 2011
Monrovia, Liberia
fulviobeltrami@gmail.com
fulviobeltrami1966@gmail


''The truth might be hard to say, painful to bear or even drastic for the truth sayer but still needed to be said''. ALISON.

Friday, 3 June 2011

Le sous-développement de l'Afrique est-il une fatalité ?

Le sous-développement de l'Afrique est-il une fatalité ?




By ALI Nnaemeka Cornelius, IPSJM 2006.




INTRODUCTION

En érigeant la Communauté Economique de l’Afrique par les chefs d’Etat Africains, lors du XXVIIeme sommet de l’ UA, [le OUA d’alors] tenu à Abuja, du 2 au 6 juin 1991, ils commencent leur traité en ce terme : « Nous les chefs d’Etat et le gouvernement d’Unité Africaine […] reconnaissant les divers facteurs qui empêchent le développement du continent et compromis sérieusement le futur de son peuple ; conscient de notre devoir de développer et d’utilisent la ressource humaine et naturelle du continent pour le bien général de notre peuple dans tous les domaines de l’effort humain [...].»[1]
Ce traité montre la présence de ressources humaines et naturelles dans cette partie du monde. Ces ressources selon ce traité ne sont pas encore judicieusement exploitées pour le bien de la masse.
Dans son livre, Le tiers monde dans l’impasse, Paul BAIROCH note que : « jusqu’au XVIIème siècle, les écarts dans le niveau de développement économiques et techniques des divers pays étaient peu important. Le niveau de pays aujourd’hui développé était alors voisin, voire, dans certain cas et certain domaine inférieur à celui de la majorité des pays aujourd’hui sous-développés »[2] Ceci veut dire qu’aucune société n’a résistée au changement social et que les pays aujourd’hui développés étaient aussi hier sous-développés comme le montre d’ailleurs un proverbe igbo : « ce n’est que le changement qui est constant. » Ainsi dit, la question qui nous préoccupe c’est celle de savoir s’il est vrai ou non que la question du sous-développement en Afrique est une fatalité. Pour répondre à cette question, nous essayerons d’expliquer les mots clés. Le sous-développement, nous disons en passant n’est pas ‘le non développement’, elle n’est non plus le refus du développement mais, comme Thierry WERHELST le dit dans Kimpati « l’accident dû au contact d’une société avec d’autre qui se trouve en position dominante. »[3] Le sous-développement est un accident selon cette citation. Il ne fait partie intégrale d’aucune société humaine. Il n’est qu’une étape car le développement selon TOURAINE Alain est « le passage d’un champ d’historicité à un autre. »[4] Et les pays sous-développés une fois passés du champ de pauvreté, de misère, de manque des infrastructures et des industries stables, seront aussi comptés au nombre des pays développés. D’ailleurs ROUS Jean nous fait comprendre que toutes les nations du monde dits développés n’ont fait que dépassé l’étape d’une longue période de pauvreté, de misère, etc. avant de connaître une plénitude nationale.[5]
La fatalité selon André LALANDE est : « une suite de coïncidence inexplicable qui semble maintenir une finalité supérieure et inconnue, et plus spécialement série persistante de malheur. »[6] La fatalité est une situation inévitable, une situation que quoi qu’on fasse, demeure inchangeable, c’est un malheur perpétuel. Reconnaissant que l’Afrique en général comparée au standard de l’économie mondiale est sous-développée, notre souci sera d’examiner si les africains sont responsables de leur situation économique ; si c’est une réalité absolu, voire, une prédestination, et si l'Afrique va un jour se réveiller de son sommeil économique. Notre réflexion commence d’abord par une analyse des causes de sous-développement, ensuite, une proposition des solutions qui peuvent être utile pour une révolution économique en Afrique, et en fin une conclusion mènera notre réflexion à l’achèvement.

CHAPITRE I : LES CAUSES DE SOUS-DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE
Tout ce qui se passe au monde a toujours eu une cause. Le sous-développement en Afrique aussi est causé par certains facteurs précis. Nous allons dans ce chapitre examiner les causes de ce problème que l’on nomme le sous-développement. Ces causes nous avons divisées en deux grandes parties : causes endogènes et causes exogènes.

a) Les causes endogènes.

i) Ignorance et frein culturel.

Par ignorance nous voulons exprimer tous manques de techniques, tous les empêchements venant d’un attachement ou une pratique quelconque non justifiée raisonnablement et tous les manques d’expérience technologique et économique. Dans la revue, Sciences Humaines[7], BEJA Jean Philippe décrit la théorie des leviers qui actionnent la richesse d’un pays. Selon lui, le premier levier est l’éducation ou l’expérience professionnelle, or en Afrique l’éducation ou l’expérience compte souvent moins. C’est plutôt la ‘‘solidarité’’ qui compte. Le fait qu’on connaît le directeur ou même quelqu’un qui connaît le directeur suffit pour avoir un post qu’on n’a pas mérité dans une entreprise. En fait, l’emploi en Afrique est souvent une affaire familiale ou personnelle. Cette ignorance a fait aussi que les colonisateurs ont arraché à l'Afrique sa richesse naturelle ainsi qu’humaine en échange pour des objets qui n’ont presque aucune valeur économique, et même quand ils en ont, ils n’ont pas la même qualité. Il y a aussi moins de technique dans des productions en Afrique, l’agriculture reste toujours au niveau substantiel et les industries manquent des personnels expérimentés.
La culture aussi est un frein du développement en Afrique. Dans beaucoup de tribus (car le développement commence à la base) le dépassement culturel est impossible ou au moins est trop limité. Dans la mentalité de beaucoup d’Africains, la richesse n’est pas la rentabilité mais le prestige et dans la situation pareille, le développement est limité ou même empêché.
Il y a aussi cette adoption aveuglée des systèmes de développement qui démontre le manque d’expérience et empêche le développement en Afrique. Cette manière de vouloir adopter coûte que coûte le développement est ce que Ebénézer NJOH-MOULLE appelle le ‘théâtralisme’. L’adoption des systèmes occidentaux sans connaître le pour et le contre sans regarder les besoins les plus urgent des peuples cette manière de faire peut être considérée comme développement mais ne répondant pas aux exigences d’un développement durable mais plutôt d’un développement éphémère.
ii.) Mauvaise gérance et gouvernance :


Dans l’article de Jean Philippe BEJA « le pari chinois : libérer l’économie sans se démocratiser » il écrit « la chine libéralise son économie sans libérer son régime autoritaire. »[8] Dans cet article, on constate une Chine très autoritaire, centralisée, conservatrice, etc. mais libérale dans la pense économique. Une Chine refermé sur son idéologie politique, mais très ouverte dans son idéologie économique. Et en Afrique on constate des gouvernements qui se disent libérales dans leurs idéologies politiques mais en aucune manière [on voit] libérale ni en politique ni en économie. On voit une Afrique qui mélangent la vie politique, sociale et religieuse. Cette manière de faire l’économie est ce que Karl POLANYI appelle l’enchâssement[9] [la poursuite de l’économie dans le social.] Alors qu’il faut en Afrique la libéralisation de l’économie, beaucoup de pays Africains ont de moins en moins d’industrie à cause de l’intervention arbitraire du gouvernement. L’Etat dicte le prix des produits au marché mais sans tenir compte de prix des matières premières. Avec ses agents commerciaux, l’Etat exportent les matières premières sans tenir compte des industries locales.
La mauvaise gérance et la corruption de l’Etat font que les établissements, les industries appartenant à l’Etat meurent à cause de manque d’entretient nécessaire. Un exemple palpable c’est le musée national du Cameroun qui doit avant de prendre n’importe quelle décision que ce soit passe par le ministre de la culture. Dans des pays développés le cas est le contraire, car Serge LATOUCHE souligne qu’en Occident, la société civile s’oppose à l’empiétement de l’Etat.[10] Or en Afrique l’Etat s’oppose à tous ceux qui osent parler contre lui. Jean Marc ELA dit : « la bourgeoise (en Afrique) choisit la répression pour écarter toute participation du peuple à la table où le capitale international laisse des miettes de développement dans les sociétés périphériques. »[11] Cette insécurité du marché pousse beaucoup de personnes à investir à l’étranger, elle pousse d’autres à chercher du travail dans des pays économiquement stables causant une fuite de cerveaux des pays Africains. Cette insécurité domine aussi les systèmes bancaires Africains qui fait qu’une grande partie de la richesse liquide du contient se trouve dans des banques occidentales. Cette mauvaise gérance est résumée par l’Encyclopédie Universalis[12] en trois caractères : l’inégalité sectorielle qui explique la manière inadéquate de distribuer des produits au sein des pays ; la désarticulation du système économique qui est expliquée par le manque d’inter changement des matières premières entre des secteurs économiques et la dépendance économique extérieure qui est caractérisée par une dépendance totale des pays sous-développés aux pays développés. La matière première des pays sous-développés n’est pas transformée sur place. Les pays sous-développés dépendent des pays développés pour ses outils, et dépendent aussi d’eux pour la transformation de leurs matières premières.

ii) La guerre

La politique, en Afrique, est comme Machiavel la décrit « l’art d’acquérir le pouvoir qu’on a pas et celui de conserver celui qu’on a. »[13] Nos chefs d’Etat une fois trouvés le chemin vers le palais présidentiel prennent la décision d’y rester à vie vaille que vaille. Ils s’y éternisent et défendent ce désir d’y demeurer à vie à tout prix [même au détriment de l’intérêt national]. Cette manière de faire la politique en Afrique fait qu’il y ait toujours des conflits sanglants et comme beaucoup ne connaissent pas la valeur économique des biens publiqs, ces conflits aboutissent toujours aux pillages total des infrastructures publiques- des hôpitaux, des écoles, des banques, des industries etc. Et comme les chefs d’Etat veulent rester pour toujours, ils vont jusqu’à signer des accords ave des occidentaux pour qu’ils puissent leur envoyer des effectifs militaires qui viendront à leur secours [comme ils n’ont pas confiance en leur armée] en cas d’insécurité et des troubles. Un recensement fait par l’Autre Afrique[14] montre que la France est intervenue vingt une fois entre 1960 à 1997 en Afrique au titre des accords de défense ou pour assistance militaire conclue avec des Etats Africains. Mais une question pertinente demeure, celle de savoir ce que la France gagne en soutenant l’Afrique. Dans le même journal, Bruno BARRILLOT note : « il n’échappe à personne que la France par son déploiement militaire maintient son économie en Afrique. »[15]Lorsque les Africains se battent, pillent leurs propriétés, s’entre tuent les maîtres « les occidentaux » envoient leurs gens épuiser les biens matériaux de l’Afrique. Et puisque cette guerre dure, les industries naissantes, les petits efforts déjà faits meurent et à chaque moment on recommence à zéro. Et pendant ce temps de ‘ zéro économie’, ce temps d’après guerre, les pays concernés continuent à dépendre de l’Occident.

b) Les causes exogènes

b) La colonisation

Afrique depuis des siècles était contestée par les occidentaux (Amérique y compris). Cette contestation a eu lieu pour des raisons économiques ainsi que politique. Les puissants comme l’Allemagne, la France, l’Angleterre, les Etats-Unis, pour ne citer que ceux-ci, ont eu à discuter sur le vaste terrain de l’Afrique. Chaque pays cherchait son intérêt économique. Ils exportaient la richesse Africaine dans leur propre pays faisant tout pour éviter que les Africains sachent ce qu’ils faisaient. On ne doit pas s’étonner que beaucoup de missionnaires qui venaient pour l’évangélisation avaient aussi l’intention d’aider leur pays à bien exploiter et saper l’Afrique. Cette volonté de l’Occident pour ‘aider’ l’Afrique à sortir de sa pénurie, de sa barbarie, sa sauvagerie comme ils ont l’habitude de le professer était d’autres manières de la rendre esclave. Pour cet effet DIDEROT dit «il y a quelque chose de pire que d’avoir des esclaves, c’est d’avoir des esclaves et de les appeler des citoyen. »[16] Les Africains étaient traités en esclaves ; leurs droits leurs étaient refusés, les biens qui leur appartenaient n’étaient pas à leur disposition. Leur économie était gérée par les colonisateurs, les richesses humaines ainsi que naturelles étaient exploitées par ces derniers. A cet égard, Jean SURET-CANALE dit « les colonies des pays d’Afrique tropicale sous dominance Française demeure, de la fin de la seconde guerre mondiale aux indépendances, une économie de traite. »[17] Le profit de cette traite sanglante a aidé, nous dit René DUMONT à faciliter la révolution industrielle qui a développé l’Amérique et beaucoup d’autres pays Européens.[18] Tout était contrôlé par les colonisateurs. Les pays coloniaux revitalisaient leurs lacunes par ce qu’ils volaient l’Afrique. Le même auteur dit « au lendemain de la guerre de 1914 à 1918 l’impérialisme Français dont la position économique et cette fois aussi politique ont été sérieusement menacée, cherche à trouver des nouvelles sources de profit dans cette partie de son empire demeuré largement en friche et dont les ressources ont été en quelque sorte laissées en réserve. »[19] Mais ce qui est étonnant c’est que les colonisateurs ne cessaient de démontrer leur désir d’aider l’Afrique à trouver sa voie vers le développement. Général DE GAULLE disait « nous sommes le seul à vouloir que l’Afrique s’en sorte (de la pauvreté) »[20] alors qu’en réalité, ils ne cherchaient que leurs intérêts particuliers, que leur épanouissement financier et que le terrain où faire leurs exercices militaires car ils sèment les troubles dans des pays Africains afin d’envoyer leurs militaires s’exercer. Ils envoyaient les armes pour que les Africains s’entre tuent à fin qu’ils récoltent les richesses naturelles.



ii.) La domination occidentale.

Général DE GAULLE disait au lendemain de l’indépendance : « Les Africains ne pourrons suivre que la voie que je leur ai tracée- l’indépendance dans la coopération-, ils savent qu’ils ne peuvent rien faire sans le pays qui les ont colonisé sauf à revenir à la barbarie, et qu’ils ont besoin de son aide pour se développer, leur technique, leur culture, leur population… »[21]. Les colonisateur ne se sont pas contentés de l’exploitation qu’ils faisaient des Africains lors de la colonisation ; ils ont bien préparé leur coup de tel sorte que même s’ils ont fait semblant de quitté, des pays colonisés ne sauront pas se gouvernés. Ils pris la décision au moment du recul (qu’ils ont appelé l’indépendance) de semer des désordres, de mettre en collision des peuples de même pays afin d’intervenir à leur gré au nom du soutient militaire ou technique. Ce désordre organisé, planifié et tissé continue aujourd’hui. On constate à chaque moment que les bourreaux (les colonisateurs) continuent à semer de la pagaille dans des pays Africains pour satisfaire leurs besoins économiques. Ils arment les rebelles pour pouvoir venir s’imposer sur la direction du pays.

Cette domination occidentale est aussi omniprésente dans la vie quotidienne de l’Afrique. Elle est si systématique dans nos jours avec des ‘prénoms’ comme l’Accord de Partenariat Economique (APE). Ces accords ouvrent les frontières africaines aux occidentaux (et plus récemment aux Asiatiques) pour venir bourrer les marchés africains avec leurs produits laissant mourir les jeunes entreprises africaines. Citons en passant l’analyse faite de l’accord des pays Africains, des Caraïbes et du Pacifique (APC) et l’union européenne qui sera probablement signés le 31 Décembre 2007 par La voix du paysan. Selon cette, analyse, si le calendrier de l’accord est respecté, les frontières des pays Africains seront ouvertes à tous les produits à partir du mois de Janvier 2008 et les entreprises étrangères ayant bénéficiées des subventions et d’autres avantages fiscaux ou en main d’œuvre déverseront sur les marchés Africains leurs produits et incontestablement les produits locaux ne trouveront plus de preneurs et ces entreprises fermeront leurs portes.[22] Ces accords sont tragiques pour l’Afrique car J. STIGHIT dit : « si les pays en développement ont tout à gagner du commerce internationale, ils ont aussi tout intérêt à protéger leur industries naissantes ainsi de même que tous les secteur qu’ils jugeront stratégiques pour l’essor du reste de l’économie. »[23]

CHAPITRE II : LES SOLUTIONS POSSIBLES.

Nous tenterons de donner des propositions que nous jugeons nécessaires pour une évolution économique, un développement durable et un changement radical de la face d’Afrique dans ce chapitre.

a.) Un remaniement du système gouvernemental
Le thème d’un numéro de croire aujourd’hui, « peut-on changer le monde ? »[24] frappe à premier vu car avec des crises économiques et des catastrophes naturelles, on se demande si on pourra remédier la situation actuelle du monde et si oui est ce qu’il y a des personnes qui peuvent la faire. Pourtant, Antoine KERHUEL, dans ce même journal répondant à cette dernière question –qui peut changer le monde ? dit : « ce sont des personnes investit dans la vie politique, la sphère économique, les instances des régulations internationales et les mouvements d’opinion. » et il continue « ceux qui changent le monde pense-t-on plus volontiers-les responsables politiques. »[25] Dans beaucoup de pays Africains où la position politique ne s’acquiert pas par mérite mais par la manipulation de l’élection où par l’ethnie, où l’intérêt national n’est plus l’ordre du jour, où chacun cherche sa part du gâteau national on se demande s’il y a une voix sure. Ebénézer NJOH-MOUELLE dit à propos de ce problème que :

« Le choc des intérêts égoïstes dans nos sociétés est tel qu’il rend le rôle de l’Etat plus bien, plus important que partout ailleurs. L’Etat, en Afrique, se doit d’être fort non par pour assurer la suivie des dirigeants et leur régime mais pour imposer ses arbitrages et sauvegarder l’ordre public sans lequel le processus de développement se verra chaque fois perturbé. »[26]

Si ces Africains qui ont donné leur vie pour le bien être de l’Afrique reviennent aujourd’hui, ils déploreront ces systèmes qu’Alpha BLONDY appelle les républiques ethniques, la démocratie xénophobie, la démocratie banania (sic).[27] Car Jacques GIRI dit que les racines politiques de la crise économique sont évidentes.[28]

De même il y aura le développement en Afrique au moment où les Africains apprendrons à instaurer des technocrates à la tête d’affaire, le moment qu’ils apprendront à servir l’Etat et par à se servir. Le moment que la sécurité reviendra en Afrique, que l’emploi sera respecté, il aura une démocratie durable qu’implique aussi le développement.

b.) Recherche d’autonomie.

Un dicton Douala dit : « nous avons perdu notre pouvoir et c‘est pour cela que nous sommes malheureux. » avec les accords de l’Afrique et l’Occident, l’Asie, L’Amérique… l’Afrique reprend le chemin de la colonisation. Après une tournée du président chinois, HU Jintoa en Afrique, le Cameroun se réjouit des hôpitaux de Mbalmayo et de Ngousso à Yaoundé, du barrage de Lagdo, du complexe multi sport (en construction)… effectués par la Chine.[29] Et le Nigeria chante l’éloge de la Chine d’avoir accepter de construire un deuxième barrage sur le fleuve, Niger. Mais l’ironie de toutes ces comédies, c’est qu’on oublie que dans tous ces pays il y a maints citoyens qui peuvent dans une journée faire construire toutes ces infrastructures sans soucis. On oublie que ces dirigeants ont l’argent dans des banques à l’étranger qui dépasse le budget de l’Etat pour toute une année. On ignore que ces dirigeants africains ont aussi leurs biens économiques à l’étranger. L’Afrique oublie que la Chine n’est pas un ONG et qu’elle cherche aussi à faire avancer son économie et qu’en promettant à l’Afrique le soutien économique, elle gagne le terrain en Afrique.

En plus, il faut noter que ce que l’Afrique appelle le don est un cheval de Troie car comment peut-on réconcilier le don de la Chine au Cameroun et l’affiche qu’elle (la Chine) a mise pour le ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture et du développement camerounais à Nanga Eboko, le 26 Janvier 2007. Cette Chine chérie du Cameroun a affiché à l’entrée de cette ferme que les camerounais voit comme la bénédiction venante de la Chine dans ce beau jour une affiche portant cette phrase (bien sûr en Chinois) : « les Camerounais sont des imbéciles. »[30]

La grande question c’est quand est-ce que l’Afrique aura son indépendance totale ? Bien sûr, cette indépendance politique, économique, sociale etc. donnera à l’Afrique une occasion de marcher à grand pas. L’Afrique doit, dit René DUMONT, repenser son école ses cadres, sa structure, […] et se mettre au travail.[31] Il faut que l’Afrique décide de rompre tous ces accords trompeurs qui ont l’air avantageux. Il faut qu’elle cultive une confiance en soi, qu’elle prenne son avenir entre ses propres mains. Et se préparer pour réagir à cette invitation de Alamine Ousmane MEY, Directeur Général d’Afriland First Bank, qui dit : « l’Afrique sera l’arène des combats qui va se livrer. Le continent doit se préparer à la troisième guerre mondiale. Elle sera économique et impitoyable. »[32]

CONCLUSION
L’Afrique depuis les siècles est vue par plusieurs personnes en plusieurs manières. Certains la voient comme le berceau de l’humanité ; d’autres comme un continent se situant dans la nuit noire, et beaucoup d’autres encore comme un continent doté de la richesse naturelle. Ces derniers profitent de cette richesse africaine pour développer leur pays. Ils ont découvert la richesse de sous sol africain et se sont donné, au nom de leur vouloir aider l’Afrique, pour enrichir leur pays. C’est cette relation Afrique- occidentale que nous avons examinée. Nous avons vu que malgré les ressources naturelles et humaines qui caractérisent le continent, l’Afrique demeure un continent sous-développé. Ce sous-développement est provoqué par deux causes fondamentales avons-nous dit, à savoir les causes endogènes et celles exogènes. Les causes endogènes, nous avons vu, sont l’ignorance qui consiste justement dans tous les manques de compétence et de technique qui caractérisent plus souvent la société africaine, nous avons aussi évoqué la mauvaise gérance et gouvernance qui sont à l’ordre du jour et engendre les guerres qui provoquent un recul perpétuel de l’économie africaine. Nous avons aussi analysé les causes exogènes qui ont et qui continuent d’une manière ou d’une autre à épuiser les richesses africaines. Dans cette catégorie, nous avons analysé la colonisation et la domination occidentale qui ont joué un grand rôle sur le développement de l’Afrique.

Tout de même, nous ne nous sommes pas arrêtés sur un simple constat de sous-développement en Afrique. Nous avons aussi vu les mesures possibles qui, si bien appliquées, pourront aider l’Afrique à émerger de son état économique actuelle. Parmi ces mesures nous avons vu le remaniement du système politique en Afrique et la recherche de l’autonomie totale des pays Africains et de son économie. Nous avons dit en dernier lieu avec Jean Marc ELA que l’espoir de cette impasse actuelle, l’Afrique n’a pas de choix, qu’il lui faut redécouvrir les chemins d’invention en explorant les champs du possible qui lui sont propres.[33] Et une fois ce défi est relevé, l’Afrique sera un modèle du développement. En bref, nous pensons que le sous-développement en Afrique n’est pas une fatalité.


BIBLOGRAPHIE
[1] Ralph UWECHE, The Economic Community of Africa, Africa Today, Ed. African books limited, London, Ralph UWECHU, 1991, p.38
[2] Paul BAIROCH, Le tiers monde dans impasse, Ed. Gallimard, Paris, 1983, p11.
[3] Thierry WEHELST, « Culture locale : Frein ou moteur du développement » in Kimpati n°1, Juin 1996, p.31
[4] Alain TOURAINE, Pour la sociologie, Ed. Seuil, Paris, p.82.
[5] Jean, ROUS, Tiers monde : Réforme et Résolution, Ed. Présence Africaine, Paris, 1877, p.88.
[6] André LALANDE, Vocabulaire technique et critique de la philosophie, Puf, Paris, 2002, p.344.
[7] Jean Philippe BEJA « Mondialisation ou occidentalisation » in Sciences Humaines n°2, du Nov. au Déc. 2006. p30.
[8] Ibidem, p30
[9] Cf. Serge LATOUCHE, L’Autre Afrique : entre don et marché, Albin Michel, Paris, 1999, p.16.
[10] Cf. Serge LATOUCHE, op. cit. p.16
[11] Jean Marc ELA, Quand l’Etat pénètre en brousse…, Ed. Karthala, Paris, 1990, p.39
OUVRAGES

& BAIROCH Paul, Le tiers monde en impasse, Ed. Gallimard, Paris, 1983, 377 p.

& DUMONT René, L’Afrique Noire est Mal parti, Ed. Seuil, Paris, 1969, 489p.

& ’’ ’’ ’’ Pour l’Afrique j’accuse, Ed. Plon, Paris, 1972, 256p.

& Jean Marc ELA, Quand l’Etat pénètre en brousse…, Ed. Karthala, Paris, 1990, 268p.

& ’’ ’’ ’’ Innovations sociales et renaissances de l’Afrique noire : les désirs ‘du monde d’en bas’, Ed. Harmattan, Montréal, 1998,

& GIRI Jacques, L’Afrique en penne, Ed. Karthala, Paris, 1986, 268p.

& LATOUCHE Serge, L’Autre Afrique : entre don et marché, Albin Michel, Paris, 1998, 247p.

& MEY Alamine Ousmane, Jeune Afrique : l’intelligent, hors- série, n° 10, Edition 2006, p.70.

& NJOH-MOUELLE Ebénézer, De la médiocrité à l’excellence : (Essai su la signification humaine du développement.) Ed. Clé, Yaoundé, 1993,

& ROUS Jean, Tiers monde : Réforme et Résolution, Ed. Présence Africaine, Paris, 1877, 297 p.

& SOURET-CANALE Jean, Afrique noire, Occidentale et centrale, Ed. Sociale, Paris, 1977, 297p.

& TOURAINE Alain, Pour la sociologie, Ed. Seuil, Paris, 249p.


DICTIONNAIRES ET ENCYCLOPEDIE

Africa Today, The Economic Community of Africa, Ed .Africa Books Limited, London 1991, 2079p.

AMIN Samir, Développement Economique et sociale in Encyclopédie Universalis, Tome VI, 1984, 1235p.

LALANDE André, Vocabulaire technique et critique de la philosophie, Puf, Paris, 2002, 1323p.
REVUE

@ BEJA Jean Philippe, « Le Pari Chinois » in Sciences Humaines, n°6, Mars-Avril p 2007,

@ BLONDY Alpha, « non à la démocratie ethnique » in L’Autre Afrique, n°80, du 24 Février-2 Mars 1999, pp 11-17.

@ BARRILLOT Bruno, « Paris doit-il garder ses bases militaires en Afrique » in L’Autre Afrique, n°80, du 24 Février-2 Mars 1999, 16- pp 17.

@ KERHUEL Antoine « qui peut changer la société ? » in croire aujourd’hui, 1 mai 2002, n°133, p 34

@ NJONGA Bernard, « La Leçon Chinoise »in La Voix du paysan, n°191, Avril 2007, p 2.

@ NZENGANG Martin, « Coopération Afrique-Européenne, Amérique : L’une vaut-elle plus que l’autre ? » in La Voix du paysan, n°191, Avril 2007, p 15.

@ NZENGANG Martin, « une médaille pour ADER ? Pourquoi pas ? » in La Voix du paysan, n°191, Avril 2007, p 9.

@ PEYREFITTE Alain, « De Gaulle à cœur ouvert » in L’Autre Afrique, n°1928- 1929, du 16 Déc. 1997 au 5 Jan.1998, pp 72-88.
@ PLACA Jean Francis, « Trente cinq ans d’intervention militaire » in Jeune Afrique n°1130 Juil-5 Août p 1997, 13.

@ WEHELST Thierry, « Culture locale : Frein ou moteur du développement » in Kimpati n°1, Juin 1996, pp.33-48
@ « Mondialisation ou occidentalisation » in Sciences Humaines n°2, du Nov. au Déc. 2006. p30.













 

Street Life in Lagos - Witness - Al Jazeera English

Street Life in Lagos - Witness - Al Jazeera English

''The truth might be hard to say, painful to bear or even drastic for the truth sayer but still needed to be said''. ALISON.