Tuesday, 6 December 2016

Igbo Catechism Booklet, an Outdated Handbook or a Backward Church?

15327821_1376751395682713_540566824_n(2)Last week I questionned the methodology of our «Katikizim Nke Okwukwe Nzuko Katolik N’Asusu Igbo» and I was told it has been upgraded. But from all indications, it was only furbished and nothing more. Now that I have the copy of the latest edition in my hand, I'm beginning to think that this Catechism that is based on a 19th Century methodology (more than 100 years now) is everything except adapted to the pastoral exigencies of today. It cannot in anyway validly communicate the Faith of the Church. I really do not believe in anyway that this method repeated from the inception of Christianity in Nigeria has its place today. I surely do not doubt the fact that this method was very effective at its time but no longer in our generation. In which discipline, has a 100 years teaching methodology has not changed if not our Catechism classes? I am convinced that this is a wrong approach to evangelization.

To buttress my point, let us examine two questions of this booklet today: Questions 87 and 88. The question 87 goes thus: “Gini mere i ji ekwu na Vejin Maria bu Nne nke Chukwu?” – Why do you say that Virgin Mary is the Mother of God? The second question asks: “Kowakene nke a nke Oma” - Explain it well

15328227_1376751405682712_1463601379_nThe beautiful answer to the first question is:

“ihe m ji ekwu na Vejin Maria bu Nne kne Chukwu bu: na Jeso Kristi adighi pesin abua kama O bu so otu pesin. N’ihi nke a, Vegin Maria bu Nne otu pesin bu Jeso Kristi” – Why I say that Virgin Mary is the Mother of God is: Jesus Christ is not two persons but one person. Because of this, Virgin Mary is the mother of one person who is Jesus Christ.

Just imagine a kid of 12 years memorizing this? What does he or she understand by one person? Does it mean “otu mmadu” or “otu onye”? Why is “pesin” used and not “mmadu or onye”? That’s not even my major preoccupation here but the fact that even those who proposed this are aware that it is not a clear answer. And that is why they go further to ask: “explain it well”.

And instead of explaining it at all, they went further to create the greatest confusion ever. Let's look at what is called explanation to the question Kowakene nke a nke oma”15328227_1376751405682712_1463601379_n

“Pesin nke abuo n’ato n’ime Otu Di Ngozi bu okwu nke Chukwu ghoro mmadu site n’iwere udi nke mmadu ka O buru nke Ya. O bia welite omumu nke Ya bu Pesin nke abuo n’ime Ato N’Otu Di Ngozi bu Jeso Kristi. O bu Ya ka Vejin Maria bu Nne Ya. N’ihi nke a ka Vejin Maria ji buru Nne nke Chukwu.”

– The second Person of the Holy Trinity is the Word of God that became human by taking the human form to be his (that took the human form). This exalted the birth of the Second Person of the Holy Trinity who is Jesus Christ. It is He who the Virgin Mary is the Mother. Therefore, Virgin Mary is the Mother of God.

What on earth does this mean in a plain English? Is this what is expected of primary school pupils to learn to understand the Faith of the Church? Of course, they can't understand it and neither do I believe that their teachers do.

I think, Nigerian Church ought to examine the context in which this booklet was proposed to understand at what age were our grand fathers preparing for their baptism? I am certain that it was surely not at their tender age like today, if not, even them would not have understood it in those olden days.

Wednesday, 2 November 2016

Ainsi Parlait Jesuthoustra par Alison OMI

L

 

Image Copyright: Associated linkorsque Jesuthoustra a atteint ses trente années, il quitta sa vie privée et l’atelier de son père et s’en alla au Lac Jourdain. Là il rencontra un monsieur vêtu d’un vêtement de poils de chameau et avec une ceinture du cuir au rein, et qui se nourrissait de sauterelles et du miel sauvage. Là il se fit baptiser, presque contre la volonté de celui qui s’appelait la voix qui crie au désert, – comme s’il en avait besoin – avant d’être catapulté au désert. Il y demeura quarante jours et quarante nuits où il resta avec des bêtes sauvages et fut servi par les anges. Cependant, il ne mangea rien durant ces jours-là, et, après qu'ils furent écoulés, il eut faim. Et enfin, son temps arriva – et un matin, se levant avec l’aurore, l’adversaire de ses frères s’est présenté devant lui et lui parla ainsi :

«Ô grand maître, toi qui es dit Fils bien-aimé de Dieu et en qui sont père a mis son affection. Qu’est-ce que tu désireras avoir pour accomplir quelques petites tâches que je te présenterai ?

Depuis quarante jours et quarante nuits tu as été abandonné ici, au milieu des bêtes sauvages et ces êtres dits Anges, pourtant tu as été présenté par Jean comme celui qui supprime (canceller) les péchés du Monde. Voilà ! Je suis plein de pitié pour toi, pauvre Jesuthoustra. Vu que tu as été abandonné par ton père, je vais devoir t’aider.  J’aurais te donner à manger et à boire (toi qui aimait manger et boire) jusqu’à ce que tu sois emporté par l’ivresse et rassasié de bon repas, mais comme tu te dis Fils de Dieu, ordonne à cette pierre qu'elle devienne du pain».

Tuesday, 1 November 2016

Les Béatitudes De François par Alison O.M.I

V

 

oyant l’état de la société d’aujourd’hui, Le Pape François, prenant le vol, il s’esthttps://si.wsj.net/public/resources/images/BN-GM106_0116PO_P_20150116081744.jpg rendu à Malmö, Suède. À son arrivé, il participa à une rencontre inédite, (en tant que Pape), une Commémoration Œcuménique de la Journée de la Reformation, où il pria avec nos frères de longtemps séparés et puis, il proclama une déclaration conjointe de « défendre et servir la dignité de chaque personne ».

Ensuite, le lendemain de cette journée historique, ses frères catholiques suédois se sont réunis autour de lui pour la célébration de la Toussaint et il monta sur pupitre et se mets à leur enseigner :  

·        « Heureux ceux qui supportent avec foi les maux que d’autres leur infligent et pardonnent du fond du cœur ».

·        « Heureux ceux qui regardent dans les yeux les rejetés et les marginalisés en leur manifestant de la proximité ».

·        « Heureux ceux qui reconnaissent Dieu dans chaque personne et luttent pour que d’autres le découvrent aussi ».

·        « Heureux ceux qui protègent et prennent soin de la maison commune ».

·        « Heureux ceux qui renoncent à leur propre bien-être pour le bien d’autrui ».

·        « Heureux ceux qui prient et travaillent pour la pleine communion des chrétiens… ».

Ils sont tous messagers de la miséricorde et de la tendresse de Dieu, et ils recevront certainement de lui la récompense méritée.

The Beatitudes of Pope Francis by Alison O.M.I

When he saw the dilapidated situation of our society today, Pope Francis took a flight to Malmo in Sweden. On his arrival, he participated in an unprecedented event, (for a Pope), an Ecumenical Commemoration of Reformation Day, where he prayed with our long-time separated brethren and signed a memorandum of understanding to work together for Peace and Justice.
And after he has done that, his brethren gathered with him on a Holy Eucharistic celebration of All Saints, he then went up to the pulpit and began to teach them:  
  • “Blessed are those who remain faithful while enduring evils inflicted on them by others and forgive them from their heart.
  • “Blessed are those who look into the eyes of the abandoned and marginalized and show them their closeness’
  • “Blessed are those who see God in every person and strive to make others also discover him.
  • “Blessed are those who protect and care for our common home.
  • “Blessed are those who renounce their own comfort in order to help others.
  • “Blessed are those who pray and work for full communion between Christians.”
“All these are messengers of God’s mercy and tenderness,” [and] “Surely will receive from him their merited reward.”

Thursday, 20 October 2016

L'Innu(e), Une Langue ou Un Peuple?

Pourquoi apprendre d'autres langues? Jusqu'où pouvons-nous comprendre les autres sans comprendre leurs langues? À quoi sers l'apprentissage de notre langue maternelle et celles des autres?

Partir de la langue innue pour montrer comment une manière d'exprimer d'un peuple peut être étroitement liée à leur manière de se dire.

Aueshish-Innu-aimunLors de mes études à Rome, on s’amusait de ceux qui ne voyaient pas la nécessité d’apprendre les langues étrangères, sur prétexte que ce n’est pas toujours nécessaire.  Quand on se demandait, par exemple, comment on appelle ceux qui parlent deux et trois langues ? Tout le monde répondait bilingues et polyglottes mais quant à ceux qui ne parlent qu’une seule langue on disait qu’ils sont Américains (sic).DSC_0143 Bien sûr on faisait allusion à quelques étudiants américains qui ne voyaient pas l’utilité d’apprendre l’italien qui leur servait peu. En ce temps, j’étais aussi parmi ceux qui pensaient que le but d’une langue n’était que pour la communication interpersonnelle. Cependant, aujourd'hui, je commence à mettre en doute cette manière simpliste de voir la langue.  

Grandissant, j’ai dû d’abord apprendre à m’exprimer en ma langue maternelle, l’Igbo. Parti à l’école, j’ai appris l’anglais qui est la langue officielle de mon pays, le Nigeria. Pour ma formation missionnaire, j’ai aussi appris, d’abord le français, et puis l’italien ainsi qu’un peu d’espagnol. Mais ce qui est étonnant c’est qu’au cours de toutes ces années, je n’avais jamais bien compris que la langue n’était pas seulement un outil servant à communiquer entre les personnes. Peut-être parce que toutes ces langues, ma langue maternelle d’une manière partielle y compris, ont leurs grammaires construites à partir du latin et du grecque. Cependant, mon contact avec la langue innue m’a amené à me rendre compte du peu de connaissances que j’avais de ce que c'est qu’une langue.